La scripte, Alexia Lambert

Le dernier pilier de cette grande équipe c’est Alexia, notre scripte. Aujourd’hui, elle s’ouvre à nous avec grand plaisir.

© Tiago Le Meur

Étudiante à l’ESRA depuis 3 ans, Alexia est en section “réalisation cinéma” afin de pouvoir se spécialiser dans ce qu’elle veut : devenir scripte. Cette école lui a surtout apportée un grand socle de connaissances théoriques et pratiques.  Elle nous raconte qu’avant d’y entrer, hormis l’atelier cinéma qu’elle pratiquait au lycée, elle n’avait jamais réellement appris à faire du cinéma. “Je pense que l’ESRA est très bien pour ça, découvrir le milieu cinématographique et tous les corps de métiers sans exception. Je ne connaissais même pas le métier de scripte avant et je n’aurais jamais pensé autant aimer, je suis vraiment tombée amoureuse des tournages et de ce travail !”

Mais ce qui est certain, c’est qu’avec tout ça, la volonté de participer à des tournages est encore plus grande. C’est pourquoi, Alexia tient à nous parler de deux court-métrages qui ont été marquant pour elle. D’abord Golem réalisé en mai dernier par Nicolas Thevenin. Curieuse de nature, Alexia a voulu pour ce projet, occuper le poste de première assistante réalisatrice. “Je voulais tester ce métier, qui à la fois m’intriguait et que je trouvais passionnant.” Toutefois elle nous confie qu’elle a eu “beaucoup de mal à (s)’adapter au métier sur le plateau, c’était limite contre nature pour (elle) de devoir être aussi directive.” Elle y a appris une chose essentielle : qu’elle voulait vraiment devenir scripte. 

Le second court-métrage dont elle veut nous faire part est Switch Cam. C’était un projet hors-cursus scolaire. Quand elle nous en parle, c’est comme si nous y étions : elle nous donne envie de la voir à l’oeuvre, voire même de faire du cinéma. Si nous pouvions résumer ce tournage pour elle, en trois mots ce serait “travail” “progrès” et “joie”. Voilà quelques extraits de ce qu’elle nous dit “J’ai eu la chance de rencontrer des professionnels du cinéma, qui ont reconnu que j’avais des compétences même si elles n’étaient pas encore développées. […] Je pense que c’est vraiment pendant ce tournage que j’ai évolué. […] Ça a été un véritable bon en avant pour moi de travailler au cœur du milieu cinématographique avec des professionnels.” 


 » J’ai eu la chance de rencontrer des professionnels du cinéma, qui ont reconnu que j’avais des compétences même si elles n’étaient pas encore développées. « 

d’Alexia

Alors, Aurore, pour elle c’était comme une évidence. Alexia avait déjà travaillé avec une grande partie de l’équipe. Malgré ce “véritable challenge”, elle croit en ce projet et est confiante envers son équipe “Le court-métrage je le trouve vraiment ambitieux pour nous qui sommes étudiants. C’est un projet qui passionne et pousse tout le monde à trouver les meilleures idées pour le réaliser. On sait qu’il est possible de le faire et on veut qu’il soit parfait avec les moyens qu’on a et nos compétences personnelles.” 

Ses projets pour l’avenir ? “ Pour l’instant le principal projet que j’ai, est de réussir à rentrer dans ce métier […] je veux juste vivre de ma passion. Aujourd’hui j’adore ce que je fais alors je veux juste apprendre encore plus de ce métier et profiter de ce travail, qui je l’espère, me passionnera toujours plus.” 

La voilà notre scripte, altruiste, passionnée, optimiste et avide d’apprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *